Aux sources de l’utopie numérique

De la contre-culture à la cyberculture

Le Centre d’étude des mouvements sociaux a le plaisir de vous inviter à la conférence donnée par Fred TURNER (Stanford University) [en anglais – un service de traduction simultanée sera proposé] et animée par Monique Dagnaud, Dominique Cardon et Olivier Alexandre

Le jeudi 18 décembre 2014 de 18h30 à 20h à l’EHESS, 105 Bd Raspail 75006 Paris

Amphithéâtre François Furet

Fred_Turner

Au début des années 1990, de nombreux experts ont vu dans la création du Web l’acte de naissance d’une communauté virtuelle. Les ordinateurs en réseau rendaient possible le dépassement des frontières physiques et ouvraient une ère de communion électronique. Cette utopie à portée de main trouve son origine dans la contre-culture nord-américaine. Dans cette conférence, Fred Turner remontera le fil reliant le Whole Earth Catalog, journal emblématique des communautés hippies, à Wired, magazine fanion des technologies numériques. Cette remontée dans le temps éclaire la généalogie d’un projet de société, né dans les entreprises de retour à la terre des années 1960 et systématisé à partir des années 1990 en une conception néolibertaire et technophile du social.

* * *

Fred Turner est professeur associé au département de Communication de l’Université de Stanford. Il fut également journaliste, enseignant à Harvard et au MIT. Il est notamment l’auteur de The Democratic Surround (2013), Aux sources de l’utopie numérique (C&F Editions, 2012) et Echoes of Combat (1996).

* * *

Conférence organisée avec le soutien de Terra Foundation for American Art et C&F Éditions

* * *

avecwholeEarth

A lire :

La préface à l’ouvrage « Aux sources de l’utopie numérique », « Les origines hippies de la révolution digitale » de Dominique CARDON

L’article d’Olivier ALEXANDRE, « Des médias de masse au multimédia », paru dans La vie des Idées.

L’article de Monique DAGNAUD, « Derrière internet, l’imaginaire hippie« , paru dans Slate.fr.

Cendre d’étude des mouvements sociaux

C & F éditions

Aux sources de l’utopie numérique : De la contre-culture à la cyberculture, Stewart Brand, un homme d’influence