Un Lieu Tiers ?

Un Lieu Tiers ? ou en mode « Jelly » ?

Nous avons en tête un lieu idoine ; parce que ce lieu n’existe pas encore (à notre connaissance), et que nous aurions aimé le trouver pour incarner et accompagner notre démarche.

Parce que nous avons tendance à penser que si le cadre, l’architecture, le territoire n’existe pas, les projets ne peuvent exister, advenir. Et du coup il y a impératif à construire l’architecture & le territoire pour matérialiser et donner corps aux projets, servir le collectif ou l’individu qui y réalisera les projets.

Un lieu inspirant et créatif pour favoriser les recherches et projets innovants. Un lieu où l’architecture & le design sauront contribuer à l’empowerment créatif. Un espace collectif où on pourra trouver de la créativité, des ressources, pour travailler à plusieurs & échanger.

Nous avons quelques lieux idéaux en exemples [Modèles]

Ce sera notre lieu commun, notre commun, que nous souhaiterions transmettre et partager.

Un lieu propice à la réalisation de projets innovants, où des personnes venant d’horizons divers pourraient se croiser et fabriquer leurs prototypes. Le but serait aussi d’y travailler différemment et recréer du commun là où on sépare habituellement les choses.

Un espace de vie et d’expérimentation numérique, un terrain de jeu également scrutant les relations entre culture, nature, technologie et société.

Un Green Tech Sufficient TxTLab sur le modèle idéal du Valldaura Self Sufficient Lab, sur les hauteurs de Barcelone.

Seront priviligiés :
La beauté du lieu : simplicité, altitude ou vue dégagée.

La vie collective ou reliée au territoire : collectif de résidents, empathie avec le territoire, lieu ouvert sur l’extérieur et la vie locale, immersion, expérience de modes de vie…

Le fait que ça ne soit surtout pas une « retraite » mais au contraire, un lieu de vie relié à l’extérieur avec des ressources technologiques et naturelles mises à disposition.

Pour l’instant :
Nous sommes en mode nomade. Nous hackons des lieux et des dispositifs, nous construisons notre espace de veille.

Pour l’instant, parce que cela nous convient et que nous ne cherchons pas à nous délimiter dans un périmètre donné. Nous ne cherchons pas à nous ancrer, au contraire. Le numérique est une zone de flux et d’instabilité et ça nous plaît.

Néanmoins à un moment nous chercherons nous aussi à bâtir notre territoire, pour inscrire notre marque de fabrique, pour durer et transmettre. Et entres autres, mettre à disposition une très belle bibliothèque.

Nous chercherons donc aussi à construire notre territoire d’expérimentations.

Des idées de lieux, des résidences à nous proposer ? des workshops où participer ?